Archlinux: Lavage à la main

Sous Arch Linux et ses dérivés, le gestionnaire de paquets pacman sauvegarde tous les paquets téléchargés dans le répertoire /var/cache/pacman/pkg, mais ne les supprime pas.
En effet, sur une distribution basée sur le modèle de « rolling release », il est préférable de conserver les anciennes versions en cas de problème. Ce fonctionnement fait aussi de chaque machine, un dépôt de paquets potentiel, il suffit de publier ce répertoire « pkg » via un serveur HTTP.

Cependant, cela signifie que tôt ou tard (rapidement même, si l’on a prévu seulement 20Go), une maintenance va s’imposer.

var-cache-pacman-pkg-usage
Ici l’état de mon volume racine sous baobab…

Nettoyage rapide

Suppression des paquets orphelins détectés [Source], et purge du cache en ne gardant qu’une copie des versions installées [Source].

sudo pacman -Rns $(pacman -Qtdq)
sudo pacman -Sc

Attention: La deuxième commande rendra impossible tout retour à une version antérieur des paquets actuellement installés.

Maintenance programmée

Il reste un moyen d’automatiser la rotation des paquets mis en cache. On utilisera par exemple une tâche cron, pour appeler paccache en spécifiant de conserver les deux dernière moutures de chaque paquet.

@monthly /usr/bin/paccache -rk 2

Remarque: Sur une station de travail, pour garantir la bonne exécution de la tâche, il faut se reposer sur un planificateur de tâches asynchrone, tel que cronie.